[TEXTE EXPOSITION] KEEN SOUHLAL – WHAT IF THE MOON WERE MADE OF GREEN CHEESE ? /// IRENE LAUB GALLERY – Brussels


Un bloc de marbre était si beau

Qu’un statuaire en fit l’emplette.

« Qu’en fera, dit-il, mon ciseau ?

Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?

Il sera dieu : même si je veux

Qu’il ait en sa main un tonnerre.

Tremblez humains ! Faites des vœux :

Voilà le maître de la terre. »

Jean de La Fontaine – Le statuaire et la statue de Jupiter (1678).

Un bloc de pierre, de terre, de béton ou de bois, voilà l’origine strictement matérielle de la sculpture. Que faire de la matière ? Que lui faire dire ? Comment la faire entrer en résonnance avec une histoire extrêmement riche ? Keen Souhlal est attentive aux propriétés physiques des matériaux, à leur portée symbolique, mais aussi à leur histoire. Elle injecte cette connaissance dans une réflexion où le passé et le présent cohabitent, s’attirent et s’hybrident. Les œuvres, semblables à des artefacts archéologiques, déplacent les définitions et le statut des matériaux, ainsi que des objets soigneusement sélectionnés. Les sculptures résultent de recherches à la fois techniques, matérielles et formelles. L’artiste utilise le bois, la terre, la lave, les fibres végétales, la pierre, le béton ou le métal pour investir soit des formes préexistantes dans la nature, soit des objets résultant de pratiques artisanales et traditionnelles comme la vannerie, l’ébénisterie ou la céramique. Elle étudie par exemple la conception d’hameçons de pêche issus de cultures différentes (Nouvelle-Zélande, Polynésie) pour réaliser une nouvelle série de sculptures en céramiques. Si la substance formelle de l’hameçon est conservée, l’artiste n’hésite pas à en transformer la matérialité et l’échelle. Du totem à l’amphore, en passant par le panier tressé, Keen Souhlal revisite des objets usuels et traditionnels. Elle s’empare de leurs structures et de leurs spécificités pour générer des sculptures aux formes nouvelles et composites. En ce sens, elle active un processus de métissage, ou, de ce qu’Édouard Glissant nomme la créolisation : « La créolisation, c’est un métissage d’arts, ou de langages qui produit de l’inattendu. C’est une façon de se transformer de façon continue sans se perdre. C’est un espace où la dispersion permet de se rassembler, où les chocs de culture, la disharmonie, le désordre, l’interférence deviennent créateurs. C’est la création d’une culture ouverte et inextricable, qui bouscule l’uniformisation par les grandes centrales médiatiques et artistiques. »[1] En instaurant une conception de la sculpture qui se situe entre la géologie, l’ethnologie et l’archéologie, Keen Souhlal établit des ponts entre les territoires, entre l’art et l’artisanat, entre la nature et la culture, entre l’Orient et l’Occident, entre l’artificiel et le naturel. Les œuvres délivrent une lecture plurielle de la géographie, des paysages, des cultures, des objets et des matières naturelles. Alors, par l’hybridation et la contamination, Keen Souhlal décloisonne les modèles et produit de l’inattendu.

[1] JOIGNOT, Frédéric. « Entretien avec Édouard Glissant ». Le Monde 2, janvier 2005.

1dsc05048-970x647


ENGLISH VERSION /

A sculptor said—who just had bought
The finest marble ever wrought
What must my chisel here produce?
A god, or cowl for common use?
No, it shall be a god, I swear;
His hand the thunder-bolt shall bear:­
Mortals, fall down, or hence be hurled;
Behold the sovereign of the world !

Jean de La Fontaine –
The statuary and statue of Jupiter (1678)

A block of stone, earth, concrete or wood, that is the strictly material origin of sculpture. What to do with this material? What to make it say? How to attune it to an extremely rich history? Keen Souhlal is attentive to the physical properties of materials, to their symbolic significance, but also to their history. She injects this knowledge in a reflection in which past and present coexist and attract and hybridize each other. The works, resembling archaeological artifacts, transform the definitions and status of the materials and carefully selected objects. The sculptures are born from technical, material and formal investigations. The artist uses wood, earth, lava, plant fibers, stone, concrete or metal and utilizes either forms that exist in nature or objects resulting from artisanal and traditional practices such as basketry, woodworking, or ceramics. To this end, for instance, she has studied the design of fishing hooks from different cultures (New Zealand, Polynesia) to produce a new series of sculptures in ceramics. Even if the formal substance of the hook is retained, the artist does not hesitate to transform its materiality and scale. From the totem and amphora to the woven basket, Keen Souhlal revisits everyday and traditional objects.

——————————————————————————————————————–

KEEN SOUHLAL – WHAT IF THE MOON WERE MADE OF GREEN CHEESE?

28 – 10 – 16 / 07- 01 -17

WWW.IRENELAUBGALLERY.COMTUESDAY – SATURDAY  > 11 AM  –  1 PM, 2 PM  –  6.30 PM
FRIDAY  >  2 PM  –  6.30 PM
OR  BY  APPOINTMENT

Copyright © 2016 Irene Laub Gallery, All rights reserved.
You are receiving this email to be kept informed on the gallery’s events and shows

Irene Laub Gallery

8b rue de l’Abbaye

Brussels 1050

Belgium

++ KEEN SOUHLAL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :