EXPOSITION [Commissariat] /// TRACES [Laurent Ajina – Morgane Denzler – Till Roeskens] /// Galerie Lot10 [Bruxelles]


Till Roeskens - Aida - Capture écran

VIDÉOCARTOGRAPHIES : AÏDA, PALESTINE
VIDEOMAPPINGS : AIDA, PALESTINE
DV – 46 minutes – 2009

Exposition du 6 septembre au 9 novembre 2013. Commissariat : Julie Crenn.

Pour nous représenter l’espace et nous repérer, nous délimitons des zones et nous établissons des cartes. Nous raisonnons les territoires non seulement en termes de contrôle et de pouvoir, mais aussi en termes d’histoires et de cultures. Parce qu’ils s’extraient de son caractère normé, Laurent Ajina, Morgane Denzler et Till Roeskens réinventent la cartographie en s’appuyant sur l’expérience du sensible et de la mémoire. Leurs tracés sont générés par la rencontre et l’échange. Sur le mur, la toile, le papier ou le carton, Laurent Ajina déploie un fil nourri de ses voyages et de sa propre histoire. Depuis 2012, il interroge plus spécifiquement ses origines irakiennes en étirant le tracé de ses souvenirs. Ses dessins forment des réseaux constitués de lignes, de silhouettes (architecturales et paysagères), au sein desquels s’immisce l’écrit. Des fragments de discours prononcés par George W. Bush dialoguent avec des paysages meurtris par une décennie de guerre (Untitled – 2012-2013). Fiction (souvenirs fantasmés) et réalité se télescopent. Paysages et mémoires s’articulent également dans la pratique de Morgane Denzler. Elle photographie les montagnes en mettant en avant leur qualité picturale. La photographie est ensuite transformée en Carte où le paysage est quadrillé, plié, à l’image d’une carte de route, de randonnée. Paysages et topographies se font échos. La série Ceux qui restent apporte une dimension alternative à la notion de cartographie. À Beyrouth, elle constitue une collection de photographies pillées provenant de familles libanaises. L’artiste entreprend une investigation pour retrouver l’histoire de ces individus tombés dans l’oubli. Ses recherches se révélant infructueuses, elle choisit alors de contourner « la vérité » en s’entretenant avec des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. De nouvelles vérités éclosent, une reconstruction s’opère à travers la parole et l’image-puzzle. Une dynamique rhizomique que nous retrouvons dans le travail vidéo de Till Roeskens. Ce dernier encourage et produit les tracés d’une géographie humaine, quotidienne et poétique. Vidéocartographies : Aida, Palestine rassemble les témoignages des habitants du camp de réfugiés. Les corps, l’expression et les mouvements sont empêchés par une stratégie militaire aveuglée par ses plans et ses objectifs. L’artiste travaille en étroite complicité avec les gens qu’il rencontre. Leurs paroles et leurs tracés témoignent d’un quotidien absurde et frustrant. À l’inverse, Plan de situation traduit une liberté de circulation des corps, de la parole, de la pensée. À Marseille, Till Roeskens entame une série de films où conte, sociologie, anecdotes personnelles, géographie, histoires passées et contemporaines s’entremêlent au sein d’un récit vivant et profondément humain. Par une conception commune d’une géographie du sensible, les trois artistes nous invitent à un voyage mental, mémoriel et sensoriel. Leurs tracés se rejoignent dans une même volonté de recherche, de constatation, de critique et de transmissions d’histoires.

——————————————————————————————————————–

Carton_Traces_web

ENG versions

In order to represent space and find our bearings, we mark off zones and create maps. We define territories not only in terms of control and power, but also in terms of history and culture. Laurent Ajina, Morgane Denzler and Till Roeskens extract themselves from standardized notions, relying on memories and powerful experiences to reinvent cartography. Their works are the product of encounters and exchanges. On a wall, on canvas, on paper, or on cardboard, Laurent Ajina draws a line fed by his travels and his own history. He has been specifically exploring his Iraqi roots since 2012 by tracing the outline of his memories. His drawings form networks of lines; silhouettes of architecture and landscapes where words embark and interfere. Fragments of George W. Bush’s speeches mingle with landscapes wounded by a decade of war (Untitled – 2012-2013). Fiction (imagined memories) and reality collide. Landscapes and memories are also articulated in the Morgane Denzler’s works. She photographs mountains highlighting their pictorial quality. The photography is then transformed into a Carte (Map) where the landscape in divided into squares, and folded like a road map, or trail map. Landscapes and topography echo one another. The series Ceux qui restent (Those that remain) brings an alternative dimension to the notion of cartography. In Beirut, Denzler formed a collection of photographs that had been looted from Lebanese families during the war. The artist set out to discover the history of these people that had been forgotten over time. When her search proved unsuccessful, she decided to circumvent “the truth” by speaking to people with Alzheimer’s disease. New truths bloomed and reconstruction took place through their words and images, a rhizomic dynamic that we also find in Till Roeskens’ video work. Roeskens encourages and captures the poetic drawings of daily life and human experience. Videocartographies: Aida, Palestine (Videomappings: Aida, Palestine) brings together the testimonies of the inhabitants of a refugee camp. Bodies, expressions and movements are detained by a blind military strategy, its plans, and its objectives. The artist creates a bond with the people he meets. Their words and drawings are the testimony of an absurd and frustrating daily life. Conversely, Plan de situation (Situation map) translates the free movement of bodies, words, and thoughts. Till Roeskens began a series of films in Marseille that narrate sociology, personal anecdotes, and geographical situations; stories of the past and of modern day are entangled in a live and profoundly humane account. Each having conceived the geography of powerful situations, these three artists invite us to join them on an intellectual journey full of memories and sensations. Their drawings are united in a common desire to search, observe, comment, and pass on stories.

Translated from French by Leslee Knickerbocker

——————————————————————————————————————–

Laurent Ajina /

Né en 1970 à Paris, où il vit et travaille.

www.laurentajina.net

Morgane Denzler /

Née en 1986 à Maisons-Laffitte, vit et travaille à Paris.

www.morganedenzler.com

Till Roeskens /

Né en 1974 à Freiburg (Allemagne), vit et travaille à Marseille.

http://www.lowave.com/fr/artistes/548-till-roeskens-fr

——————————————————————————————————————–

GALERIE LOT10

http://www.lot10.eu/fr/evenements/2013/09/traces-commisariat-par-julie-crenn

BRUSSEL ART DAYS /

Du 6 au 8 septembre 2013

http://www.brusselsartdays.com/2013/

——————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :