Compte rendu expo /// ZIAD ANTAR – La Criée [Rennes] /// Artpress.com


La marche turque, 2006
Black & white video, 3 min, Performer: Matea Maras

Le centre d’art de La Criée est en ce moment plongé dans le noir. Il abrite Safe Sounds,une exposition formée de huit œuvres vidéo de Ziad Antar. La scénographie, sobre et efficace, est rythmée par l’apparition et la disparition des images et du son. Dans l’espace principal, l’artiste libanais déploie un univers intime, ponctué de références autobiographiques et de musiques. Deux films réalisés en Super 8 se font face : Des Oliviers (2013) et Saïda (2013). Le premier présente les différentes étapes de la culture de l’olive à Saïda, tandis que le second est une vue de la ville prise depuis la mer, avec de nombreux immeubles. Tout près, l’artiste filme la plus grande décharge à ciel ouvert du bassin méditerranéen, puis, surgissent des plans tournés sur un marché aux poissons. En quelques scènes, il construit un portrait sensible et critique de sa ville natale en traitant notamment de la question des produits alimentaires locaux (Ziad Antar est titulaire d’un diplôme en ingénierie agronome). Les images ne sont pas nettes, elles sautent, les mouvements de caméra sont vifs et tremblants, le montage est inexistant. Tout en s’imposant des contraintes techniques, et en expérimentant son médium, l’artiste élabore une esthétique de l’archive également présente dans son œuvre photographique.

2013_5_DSC_3852

Le dialogue entre l’image vidéo et la musique domine la déambulation dans l’exposition. Quatre œuvres vidéo sont composées de plans fixes. Une violoniste et un guitariste interprètent Night of Lovede la célèbre chanteuse égyptienne Oum Kalthoum ; l’artiste, nu dans une cabine de douche, joue des percussions sur son torse ; la Marche turquede Mozart est jouée sur un piano privé de ses cordes, le bruit sourd des touches frappées résonne dans l’espace. Ziad Antar travaille le concept d’interprétation pour ouvrir la musique, la déplacer et la réinventer. Dans le premier espace, c’est la dimension intime qui est soulignée, tandis que le second laisse place à une certaine tension. Toujours plongé dans l’obscurité, le visiteur est invité à s’équiper d’un casque et à s’asseoir sur des coussins disposés au sol pour regarder Safe Sound (2006). Cette œuvre montre la Guerre de 33 jours qui a opposé Israël au Hezbollah. Il s’agit de prises directes sur la ville de Saïda. Depuis le balcon de l’appartement de ses parents ou dans la rue, l’artiste restitue l’atmosphère du conflit : silences, bruits de tirs, enfermement, bombardements, conversations inquiètes, départs bruyants, attente, ennui. L’œuvre se termine par une chanson d’amour de Fahd Ballan, la musique reprend son cours et nous ramène aux œuvres précédentes. Par un jeu de circulations, Ziad Antar procède à une immersion visuelle, sonore et sensorielle. Les vidéos, toujours pensées comme les traductions de ses idées, constituent les archives de son quotidien et par extension celles d’une société.

safe_sound_2_BD

——————————————————————————————————————–

ARTPRESS / http://www.artpress.com/article/03/02/2014/ziad-antar-150-safe-sounds–la-criee–rennes–13-decembre-2013-150-16-fevrier-2014/29321

ZIAD ANTAR / http://www.alminerech.com/fr/artists/5/Ziad-Antar

La Criée – Rennes / http://www.criee.org/Safe-Sounds,1302?periode=En-ce-moment

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :