TAPISSERIES CONTEMPORAINES – Détisser les normes /// Revue 303


Dès le Moyen Âge, tentures et tapisseries ornent et réchauffent les salles des plus grands châteaux. Utilitaires et décoratives, mais aussi très coûteuses, elles sont rapidement considérées comme des instruments de prestige.

Au XIXe siècle, avec l’industrialisation, le fossé se creuse entre la production en série et le véritable artisanat d’art : la tapisserie est alors perçue comme une technique savante mais dont les créations peinent à s’émanciper de la peinture. Elle trouvera un nouvel essor au XXe siècle, grâce à Jean Lurçat et à l’intérêt que lui portent de nombreux artistes, dont Picasso, Matisse ou Miró.

D’hier à aujourd’hui, quelles sont les spécificités du métier de lissier ? Quelle place la tapisserie occupe-t-elle dans la création actuelle ? Ce numéro de la revue 303 propose d’explorer l’histoire de la tapisserie, depuis les richesses patrimoniales des Pays de la Loire jusqu’aux développements les plus contemporains d’une technique pluriséculaire.

——————————————————————————————————————–

Extrait de l’article « Tapisseries contemporaines – Détisser les Normes » – Julie Crenn /

La tapisserie n’est pas seulement un objet décoratif. Depuis les années 1920, elle connaît une nouvelle impulsion : plastique et critique. Je propose d’en cerner l’ampleur et la richesse en examinant les pratiques d’artistes travaillant sur différents continents et partageant une même volonté, celle de redynamiser une technique.

 L’art textile peine à trouver sa place en France. De l’autre côté de l’Atlantique, il bénéficie de musées spécifiques ou encore de départements universitaires, il est pleinement soutenu par la communauté artistique et scientifique. En 2005, j’ai débuté une recherche doctorale portant sur les pratiques textiles contemporaines (de 1960 à nos jours). Mon sujet de recherche prêtait à différentes moqueries, selon mes détracteurs il me fallait parler de mode ou d’artisanat, en aucun cas l’art textile n’était considéré comme une pratique artistique à part entière. Depuis quelques années, la situation évolue en France. Les artistes affirment une utilisation des matériaux textiles et revendiquent l’appropriation de techniques issues du domaine artisanal. Dans ce contexte de résurgence, le cas de la tapisserie est particulièrement intéressant…

Athi-Patra Ruga - Drones at High Noon circa 2015, 220 x 192 cm, 2014

Athi-Patra Ruga Drones at High Noon Circa 2015 , 2014 Laine et fils sur tissu 220 x 192 cm pièce unique © Athi-Patra Ruga l’artiste, Whatiftheworld & Galerie In Situ – fabienne leclerc, paris

+ Plus d’informations /// TAPISSERIES ET TENTURES – #135 / REVUE 303

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :