[Compte rendu exposition] BRIGITTE ZIEGER – What if ? / Mannheimer Kunstverein /// Artpress


What if-00

What if… ? Et si… ? La nouvelle exposition personnelle de Brigitte Zieger au Kunstverein de Mannheim pose la question des utopies : leur naissance, leur évanouissement, leur résurgence à travers le temps. L’exposition est pensée comme une installation où les œuvres fonctionnent et dialoguent ensemble. La grande salle est habitée d’un groupe de sculptures photographiques. Des hommes, des femmes et un enfant anonymes sont figés dans le temps et dans l’espace. Brigitte Zieger découpe dans les revues et les journaux des images de presse présentant des figures résistantes : The Unknown Protester, l’homme qui s’est dressé face aux chars de l’armée chinoise en 1989 ; à Paris, en mai 1968, une femme armée d’un pavé tire la langue aux CRS ; un activiste du mouvement Occupy Wall Street est allongé au sol et lit un livre. Ces hommes et ces femmes ont choisi la non-violence pour résister à différents types de dictatures : politiques, sociales, économiques, corporelles. Ils ont chacun imposé leur présence pour résister à une injonction autoritaire. En prélevant leurs silhouettes imprimées, puis par le moulage, l’artiste réinscrit un rapport physique. Les corps monochromes ne sont pas complets, les contours respectent l’image initiale. Ce qui n’est pas visible sur l’image n’apparaît pas en volume. Aux murs, un artiste graffeur de Mannheim est intervenu directement à la surface pour faire jaillir des nuanciers de couleurs rappelant la trame d’impression, mais aussi, d’un point de vue symbolique, l’ère psychédélique. À l’étage, nous découvrons la série Counter Memories, des impressions sur papier figurant les contre souvenirs d’une histoire collective qui porte aux nues les figures héroïques, guerrières et autoritaires. Les contours des sculptures à l’effigie des héros antiques sont détourés. Au moyen d’un logiciel de retouche d’image, l’artiste y injecte des images de femmes dansant, des corps libres et insoumis. Les œuvres instaurent alors une tension entre les structures de pouvoir qui régissent nos sociétés et les mouvements de résistances collectives qui ont agi et continuent de refuser. La présence du corps génère une résistance, un refus, une opposition vulnérable qui en détermine l’intensité et la force. En travaillant à partir des images des icônes résistantes, Brigitte Zieger explore les utopies, les mouvements d’insoumission, d’indignation collective pour en interroger la mémoire. Que reste-t-il de ces actions en faveur des droits et de la liberté ? Des images, des slogans, le souvenir d’une énergie. La vidéo intitulée Bewildered présente les dessins de paysages exotiques réalisés par l’artiste allemand Johann Moritz Rugendas (1802-1858). Brigitte Zieger a retiré les figures humaines pour laisser place aux banderoles, aux affiches et aux panneaux, ruines des grandes manifestations passées et présentes. En interrogeant la concrétisation ou l’échec des utopies non violentes, What if… ?interroge la fabrication de l’Histoire.

Julie Crenn


BRIGITTE ZIEGER

++ MANNHEIMER KUNSTVEREIN

+++ ARTPRESS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :