[TEXTE EXPOSITION] EULALIA GRAU – Etnografias /// Galerie Vallois – Paris

Eulalia Grau – Panic, 1973
Galerie GP & N Vallois, Paris

« Eulàlia Grau est née en 1946 à Terrassa en Catalogne, dix ans après le début de la guerre civile espagnole, dix ans après l’installation de la dictature de Franco. Elle grandit dans une société autoritaire qui conditionne les pensées et les corps par une idéologie nationaliste, conservatrice, machiste et catholique. En 1972, lorsqu’elle commence la série Etnografia, elle est âgée de vingt-six ans- Franco est toujours au pouvoir. L’ensemble apparaît comme une réponse percutante et transgressive d’une jeune artiste qui ne supporte plus le poids de cette autorité multiforme. Etnografia compte seize photomontages montés sur toiles. Eulàlia Grau les nomme peintures, bien qu’elle n’ait jamais peint. Le choix technique correspond à une urgence politique. À la surface de la toile sont collées des images, extraites de journaux, d’affiches et de magazines imprimés. Les images sont agrandies, recadrées et associées entre elles. Les formats dépassent largement ceux des pages des revues pour instaurer un rapport physique avec les photomontages. […] Eulàlia Grau y traite des connivences masculines au mépris des femmes, des personnes racisées, des personnes précaires, de la vie non humaine et des résistant.es. Les œuvres manifestent les violents écarts entre les classes sociales, ainsi que le fantasme d’une société où chacun.e est bien à la place que le pouvoir lui impose. […]

Le titre Etnografia, renvoie à une étude de terrain des modes de vie, des mœurs et de la culture d’une société donnée. Sur une période de deux années, entre 1972 et 1974, Eulàlia Grau propose de passer au crible la société espagnole d’un point de vue situé : celui d’une jeune femme catalane privée de ses droits fondamentaux, féministe, marxiste. […] Il est important de noter qu’Eulàlia Grau explore aussi bien les assignations faites aux femmes, que celles faites aux hommes dont les rôles se résument à être des footballeurs, des bodybuilders, des amateurs automobiles, des hommes d’affaires, des militaires, des dictateurs ou encore des gangsters. […] Les œuvres engagent alors à une prise de conscience, à une révolution totale, à une déconstruction des dominations systémiques en Espagne et partout ailleurs. Le contexte artistique des années 1960-1970, largement influencé par le Pop Art et les bouleversements aussi bien géopolitiques que sociétaux, a amené les historien.nes de l’art à ranger Eulàlia Grau dans la maison du Pop Art. Pourtant, […] elle se reconnaît et s’identifie davantage à l’héritage dadaïste qui a participé à une remise en cause plastique et politique des systèmes de dominations qui agissent dans toutes les sociétés. […] Ses œuvres s’inscrivent dans un mouvement artistique international régi par une urgence de la contestation, de la désobéissance et de l’opposition radicale. »

Extrait du texte de Julie Crenn publié dans le catalogue de l’exposition


Eulàlia GrauEtnografias

Exposition du 9 septembre au 8 octobre 2022

Galerie Vallois, Paris / https://www.galerie-vallois.com/exposition/etnografias/

Communiqué de presse :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :