RAPHAEL DENIS ——————————-> BRANDED #4


523518_511059765653685_642607438_n

 

Raphaël Denis / Les honneurs de la cimaise

Depuis le début des années 2000, Raphaël Denis construit un langage plastique basé sur les formats, les matériaux et le vocabulaire de notre société. Il observe attentivement le monde de l’art, son système, ses codes, ses normes, ses non-dits, pour développer une réflexion de type protéiforme. Le spectacle et la consommation, qui, aujourd’hui plus qu’hier règnent en maîtres, sont deux enjeux incontournables auxquels l’artiste s’attaque avec humour, ironie, dérision et absurdité. Ainsi, il dresse le portrait du jeune artiste qui doit affronter un milieu complexe où il est difficile de trouver une place. Tout en s’interrogeant sur le statut et le rôle de l’artiste, Raphaël Denis explore les différentes étapes d’un parcours : trouver une galerie, courtiser des collectionneurs, entrer sur le marché, affirmer une personnalité (une image). Il pointe du doigt les stéréotypes et les lieux communs pour mieux rendre compte des arcanes d’un système où culte et vanité priment souvent sur l’idée et la forme.

 2012 - 40x30 - abissys abissum invocat

2013-65x50-la vie dartiste

Sa pratique repose sur une diversité de mediums : photographie, peinture, encre sur papier, installation, sculpture et impression. Chaque fois, il travaille à partir d’images, de mots et d’objets ayant trait à une forme de culte, notamment ceux voués à la personnalité et au marché. Ainsi il développe différents types d’œuvres. Sur des feuilles blanches, il rédige Les Listes et Commentaires (2009 – in progress). Des invectives, des remarques et des affirmations qui interpellent non seulement le regardeur, mais aussi les acteurs du monde de l’art : galeristes, collectionneurs, critiques d’art, conservateurs et directeurs de musées/centre d’art. Au moyen d’un dispositif simple, des lettres en majuscules noires tracées sur un fond blanc, il génère une réflexion portée sur la sphère artistique en multipliant les points de vue et les problématiques. Ses œuvres moqueuses et grinçantes nous parlent du système actuel de l’intérieur. À partir de son expérience, de son vécu et de ses rencontres, Raphaël Denis génère un travail de perturbation. Une série de sculptures réalisées à partir de sacs poubelle en plastique contenant chacun un chèque encaissable, critique de manière jubilatoire la valeur de l’œuvre (Diogènes de Sinope, fils d’une supposée crapule – 2009). Son acquéreur se voit en effet choisir entre détruire l’œuvre pour en connaître le prix décidé par l’artiste, ou bien garder le mystère intact.

 2013-la-belle-peinture-est-derriere-nous-01

IMG_6352

Toujours dans cette perspective critique et ironique, il décortique l’art actuel : ses modes, ses formes et ses concepts. Par exemple, il met au point d’un mode d’emploi pour créer une sculpture contemporaine (Tutorial de sculpture contemporaine appliqué à WTB – 2010). Une sculpture dérivée du modèle suédois, en kit, facile à monter, standardisée. Il s’approprie le vocabulaire et l’esthétique actuelle pour souligner l’uniformisation des formes et des idées. À travers le noir et blanc, deux couleurs qui instaurent un dialogue, une dichotomie manichéenne, l’artiste pèse le pour et contre d’un microcosme. L’écriture, l’analyse et l’autodérision de Raphaël Denis lui permettent de mettre en lumière les dérives, les complexités, les barrières, les enjeux et les possibilités de l’artiste.

BRANDED / http://www.branded.fr/

Raphaël Denis / http://www.without-link.com/

 2013-Elements-pour-un-ensemble-02

2013-Elements-pour-un-ensemble-082

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :