Julien Gorgeart – Trouble comes knocking


920982_4817421243472_53775380_o

And all you fair weather watchers
Watch out and beware
When your trouble comes knocking
I hope you ain’t there

 Timber Timbre – Trouble comes Knocking (2010)

 Les toiles et les aquarelles de Julien Gorgeart semblent témoigner du monde contemporain, celui dans lequel l’artiste et le regardeur évoluent. Il figure la banalité du quotidien peuplé de fêtes dans les salons, de virées nocturnes entre amis, de paysages urbains et de natures mortes intimes. Malgré les apparences hyperréalistes, Julien Gorgeart est un peintre du simulacre. Au pinceau, il traduit le monde réel afin d’ouvrir des perspectives narratives et cinématographiques. Gilles Deleuze écrit  que « le simulacre est ce système où le différent se rapporte au différent par la différence elle-même. » (Différence et Répétition – 1968). Avec une fidélité de type photographique, ses œuvres représentent des scènes de vies quotidiennes. Pourtant, la réalité n’y est qu’illusion, simulation et réactivation. Issues de sa propre expérience, de celles de ses proches ou d’inconnus, les images subissent un véritable travail de montage. Après avoir évolué dans l’univers de la vidéo, de la photographie et du théâtre, l’artiste se dirige finalement vers la peinture. Il est notamment séduit par sa temporalité, son exigence et la liberté qu’elle procure dans la composition et la couleur. Sur la toile et sur le papier il construit ses images en mixant d’autres images. Le réel est simulé. La « différence » dont parle Deleuze est difficile à identifier, la frontière entre la réalité et son fantasme est mince, voire quasi imperceptible.

 10260373_10201689905879470_249126133_o

Julien Gorgeart déploie une dimension cinématographique dans sa peinture en récréant des scènes où chaque détail est repensé : les décors, les couleurs, les lumières, les postures, les expressions, les textures. Le quotidien est interprété par l’association d’images provenant de sources différentes : les photographies de l’artiste, des images récoltées sur Internet ou encore des photogrammes de films. Les œuvres sont les résultats d’une adéquation de réels fragmentés et recomposés. Nue sous la douche, une jeune femme nous dévisage d’un regard blasé ; une voiture couverte d’un drap blanc erre à l’entrée d’une palmeraie ; des serviettes de bains sèchent dans le désordre d’une arrière cour ; une araignée aux longues pattes s’approche de pieds nus ; un homme ivre et joyeux trinque allongé sur le sol. Chaque scène peut être comprise comme une amorce narrative, un espace de projection où une histoire est en train de se jouer. L’imaginaire et le réel fusionnent pour donner naissance à un univers où la sensation du réel est insufflée. Le traitement des images et les choix chromatiques génèrent une ambivalence où cohabitent le drame et l’insouciance. Les figures humaines y sont vulnérables. Une main nous présente le Polaroid d’une femme aux seins dénudés : est-elle morte ? Qui la recherche ? Est-ce le souvenir d’une histoire passée ? Présente ? Parce que les ingrédients du mystère et du suspens sont mis à l’œuvre, tous les scénarios semblent possibles. En retenant des fragments de son expérience personnelle, de son histoire, Julien Gorgeart déroule lentement, avec le temps de la peinture, les images de sa propre histoire, de son propre film dont il sélectionne et reconstitue chaque détail. Les natures mortes côtoient des scènes marquées à la fois par une joie de vivre et une désinvolture, mais aussi par des caractéristiques énigmatiques et insaisissables. En combinant les histoires, les époques et les géographies, l’artiste produit une peinture où le quotidien est théâtralisé. Il explore une zone ténue où la réalité est finalement augmentée.

976202_4744190852758_2044300674_o

sans titre, Hérodiade Huile sur toile 120x160 cm 2014

sans titre, Hérodiade
Huile sur toile
120×160 cm
2014

——————————————————————————————————————–

+ Julien Gorgeart / http://juliengorgeart.com/

++ Artothèque de Brest / http://www.musee-brest.com/l-artoth%C3%A8que/

Exposition « Une histoire vraie » de Julien Gorgeart
Artothèque – Musée des beaux-arts de Brest
14 mai – 31 août 2014
Vernissage mardi 13 mai 18h30

+++ DOCUMENTS D’ARTISTES BRETAGNE [BASE] / http://base.ddab.org/julien-gorgeart/text

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :