[PUBLICATION] AU FIL ET A L’AIGUILLE – PETITE HISTOIRE DE LA BRODERIE CONTEMPORAINE


Faith Ringgold
Maya’s Quilt of Life (1989)
Narrative quilt
Narrative

Les périphéries, nos espaces de survie, deviennent nos territoires de combat.

Trinh T. Minh Ha.

Les pratiques cousues, tissées, brodées ont longtemps été restreintes aux arts dits appliqués. Des pratiques jugées amateures auxquelles les femmes étaient assignées. Dès les années 1960, les femmes artistes ont retourné l’espace domestique en un territoire critique et subversif. Nombreuses d’entre elles ont choisi les aiguilles pour traiter d’une misogynie systémique, d’une invisibilisation organisée, d’injustices dont les groupes dits minoritaires sont les victimes depuis toujours. Les artistes féministes ont fait des sous-cultures une arme critique, une véritable contre-culture plastique et politique en phase avec les révolutions féministes alors en cours. Ainsi, la technique rejoint inévitablement les problématiques mises en œuvre : espace domestique, violences, corps, intimité, expérience féminine, sexualités, mémoire, autofiction, autobiographie. Les artistes brodent des récits personnels qui trouvent des échos au creux des récits collectifs. Il n’est plus question d’avoir honte, de se cacher ou de taire, bien au contraire, par la broderie, les artistes revendiquent, affirment, réclament et hurlent leurs droits et leurs existences. Elles pratiquent ce que l’historienne de l’art Aline Dallier nomme l’anti-broderie (1978), la technique n’étant plus un outil d’asservissement patriarcal, mais bien le choix de la résistance.

Les artistes sont parvenues à un décloisonnement de broderie vis-à-vis d’un carcan vétuste et patriarcal, afin de lui donner un pouvoir subversif. La broderie trouvent ses figures historiques : Louise Bourgeois, Hessie, Judy Chicago, Kate Walker, Elaine Reichek, Miriam Schapiro, Faith Ringgold, Milvia Maglione ou Annette Messager. Elle trouve aussi de nombreuses filiations avec les œuvres de Ghada Amer, Aurélie William Levaux, Senzeni Marasela ou Chiachio & Giannone. La broderie prend des formes multiples, elle ne connait désormais plus de limite ni de frontière. Le geste intime s’immisce par exemple dans l’espace public avec les œuvres de Maja Bajevic, Severija Incirauskaite-Kriauneviciene, Raquel Rodrigo ou Urban X Stitch. Par ailleurs, Deneth Piumakshi Wedaarachchige brode les paumes de ses mains, Vertige Nodal crée des compositions visuelles et sonores, Perrine Clément réalise des performances où les mots, comme les fils, sont entrelacés. L’artiste coréenne, Kimsooja, envisage son corps comme une aiguille (needle woman), qui, par ses déplacements et ses rencontres, fabrique de la relation. La broderie génère une pluralité de formes, matérielles et immatérielles. Au fil des décennies, un héritage artistique s’est ainsi construit et s’est amplifié sans jamais s’essouffler. Une histoire partagée qui a participé à une réhabilitation et une légitimité des pratiques textiles dans leur ensemble. Une histoire collective où les engagements féministes, queer, antiracistes, écologiques, décoloniaux, inclusifs trouvent une place prépondérante. Au sein de ce qui reste malgré tout une contre-culture, les mémoires, les corps et les histoires de celleux exclu.es par le récit dominant, s’écrivent au fil et à l’aiguille.

Julie Crenn

——————————————————————————————————————–

Le texte introduit la publication qui accompagne l’exposition : Broderie : point de départ, présentée à la Manufacture à Roubaix. Sur une proposition de Lada Neoberdina.

Avec les oeuvres de : Andoni Maillard x Angelina Merenkova x Calypso Debrot et Dany Mucciarelli x Charlotte Salvanès x Deneth Piumakshi Wedaarachchige x Doriane Berantelli et Côme Desno x Erika Vaury x Eva Degtiareva x Federica Peyrolo x Golnâz Pâyâni x Harmonie Aupetit x Julia Aleshicheva x Maria Lai x Monique Lemonnier x Nada Diane Fridi x Nawel Ben Kraïem x Pascale Goldenberg et Association Guldusi x Perrine Clément x Shani Ha x Sonia Lalaoui x Svetlana Kochergina x Aleksandra Kachko x Fan-Dok Galerie d’Art et Artothèque.

+ Informations sur l’exposition /

Broderie : Point de départ | Lada NEOBERDINA

++ LADA NEOBERDINA

 

Un commentaire

  1. Ping : Episode 6 – Julie Crenn : Pratiques textiles, l’exposition comme espace politique et statut d’auteur – ARTISTES MANIFESTES

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :