LAURENT AJINA /// Constructions Relationnelles ——–> Catalogue Ruins of Hypocrisy (Galerie IDEA FIXA – Bâle)


Les dernières productions de Laurent Ajina marquent une nouvelle étape dans sa démarche artistique. Celle-ci était jusque-là uniquement identifiée par l’exécution des Site Specific Drawings sur les murs des différents lieux d’exposition qu’il est invité à investir de ses markers noirs. À même le plâtre, la peinture ou le béton, il étire des réseaux qui viennent composer l’espace. Il prolonge les lignes préexistantes et génère une véritable résille graphique concrétisant de manière temporaire une totale fusion entre l’artiste et le lieu. Les compositions rhizomiques traduisent une dynamique, une relation intense entre son corps et l’espace dans lequel il agit. Aujourd’hui, il déploie ses dessins au-delà des murs et formule une œuvre sérielle à travers laquelle il précise et développe sa relation à l’espace, à l’environnement, au bâti et à la mémoire.

Ainsi, il s’imprègne de la géographie et de la topographie des villes traversées. Il marche et examine des territoires nouveaux, inconnus, dont il extrait des motifs. En 2010, en Autriche, il dessine de manière frénétique une montagne (Sandkogel) dont il schématise rapidement les lignes et les formes. « Le procédé reste toujours le même, lors de mes voyages je cherche des lieux propices, j’enchaîne les dessins de manière très rapide, de manière obsessionnelle par centaine. »[1] Sur quatre-vingts feuilles normées à petit carreaux, il s’emploie à un exercice de répétition et d’accumulation d’un même motif. Tout est une question de rythme et de gestion du trait. Une fois les feuilles rassemblées, le motif initial se met en mouvement, il se transforme au fil de l’effort produit par l’artiste. Le titre de l’œuvre nous incite à nous rapprocher (Come Closer) et à scruter les lignes flottantes et mobiles. La montagne disparaît et laisse place à une série de motifs dont les modulations progressives figurent une relation à la fois exigeante et vertigineuse entre l’artiste, le sujet et le papier.

——————————————————————————————-

Relational constructions

The latest works of Laurent Ajina mark the beginning of a new stage in his art. Until now, Ajina’s work has been uniquely identified by Site Specific Drawings on the walls of various exhibition spaces that he transforms with his black paint markers. Plaster, paint, or cement… networks of lines stretched across the walls come together to define the environment. Existing lines are extended creating a temporal graphic web that entwines both artist and space. The rhizomic compositions interpret the dynamic, intense relationship between Ajina’s body and the space that it occupies. Today he is taking his drawings beyond the walls and creating a series of works that expresses his relationship with space, the environment, infrastructure, and memories.

Ajina absorbs the geography and topography of the cities he travels through. He walks along unknown paths examining surrounding territories, extracting the images that strike him. As he sat at the base of the Sandkogel mountain in Austriain 2010, he began feverishly drawing the lines and forms before him. « I always have the same approach. When I travel, I look for the most opportune locations. When I find one, I begin rapidly drawing the image before me, obsessively recreating the same motif one after another by the hundreds.1” Eighty sheets of graph paper; an exercise of repetition progressively engraving the image in his mind. It’s a matter of rhythm and mastering the strokes. Once the sheets of paper are reunited, the original motif is set into motion and is transformed by the artist’s efforts. The title of the works calls us to Come Closer and examine the lines that float and move. The mountain fades away leaving in its place a series of drawings whose progressive modulations testify to the rigorous and breathtaking relationship between the artist, his subject, and the paper.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Détails du catalogue :

Ruins of Hypocrisy / Laurent Ajina
82 pages – 26,5 x 20,3 cm – €32
Original texts by Reto Thüring, Julie Crenn, Nathalie H. de Saint Phalle, Margareta Sandhofer
Photos by Anna Stöcker, Marcel Koehler, Stephen Roach, Rebecca Fanuele
Editor Galerie Idea Fixa – Publisher 9∙6 Publications, Basel
ISBN 978-3-9523372-3-3
To order : laurentajina@gmail.com

Plus d’informations sur l’artiste / http://www.laurentajina.net/

Galerie IDEA FIXA / http://www.idea-fixa.com/

Et sur Facebook ——-> https://www.facebook.com/GalerieIdeaFixa

Voir aussi : http://basel-art-week-2012.myartguides.com/place/idea-fixa-gallery/21972.


[1] Toutes les citations sont extraites d’une conversation avec l’artiste, mars 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :