COMPTE RENDU EXPO /// Paul Pagk – Galerie Eric Dupont /// ARTPRESS.COM


meren ptah 2013 oil on linen 70 x 70

À première vue, les peintures de Paul Pagk semblent s’inscrire dans un héritage artistique où se mêlent le suprématisme, le constructivisme et le minimalisme. Pourtant, il nous faut nous approcher pour mieux comprendre l’épaisseur de la peinture : ses mouvements, ses aspérités et la beauté de ses imperfections. Il n’est pas ici question d’une exécution parfaite, d’une ligne impeccable et d’une surface lisse. Au contraire, les toiles sont rapidement enchâssées, pliées et agrafées, les lignes sont troublées par l’addition des couleurs, la matière y est granuleuse. La profondeur compte plus que la surface. Comme Blinky Palermo, Ellsworth Kelly ou Peter Halley, il développe une abstraction sensorielle. À l’équilibre sans faille, il préfère l’harmonie vivante, la générosité des formes, de la matière et des couleurs. Les formes géométriques, qui ont perdu de leur autorité et de leur rigueur, cohabitent avec des éléments plus organiques semblables à des ampoules ou bien à une coulure. L’artiste britannique, qui prépare lui-même ses couleurs en mélangeant huile et pigments, accumule les processus et les gestes pour donner naissance à une image composée de plusieurs strates dont il nous faut lire les différents passages. Ses œuvres aux couleurs lumineuses et vibrantes incluent pleinement le regardeur. La matière, la générosité des formats donnent lieu à une expérience physique de la peinture.

Julie Crenn

untitled 2015 oil on linen 25 x 24

———

At first glance, Paul Pagk’s paintings seem to draw on the combined heritage of Suprematism, Constructivism and Minimalism. Looking more closely, we begin to observe the thickness of the paint, to appreciate its movement, its rough patches and the beauty of its imperfections. This work is not about perfect execution, impeccable lines or smooth surfaces. On the contrary, these canvases are mounted quickly on their stretchers, folded and stapled,. The lines are blurred by the addition of colors, the texture is granular. Depth matters more than surface. Like Blinky Palermo, Ellsworth Kelly or Peter Halley, the artist creates a kind of sensorial abstraction. He prefers living harmony and generosity of form, matter and color to flawless equilibrium. Geometrical forms, which have lost their authority and their rigor, cohabit with more organic elements that look like blisters or drips. This British artist who prepares his own colors by mixing oil and pigments accumulates processes and techniques to create images made up of several strata whose application we must learn to read. His works with their luminous, vibrant colors fully embrace the viewer’s presence. The materiality and generosity of the formats give rise to a physical experience of paintings.

Julie Crenn
Translation, C. Penwarden

two circles 2015 oil on linen 65-x74-

——————————————————————————————————————–

ARTPRESS.COM

++ GALERIE ERIC DUPONT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :